Boudet, Henri

Aus GreWiki

Wechseln zu: Navigation, Suche

16. November 1837 in Quillan (Aude) - 31. März 1915 (Axat, Aude)

Sohn von Pierre Auguste (Aufseher der Schmiede) und Adélaïde HUILLET. Bruder von Edmond (1840 - 1907), Notar in Axat.

Gilt als väterlicher Freund von Saunière, Bérenger

Biografische Daten

Autor des Buches La Vraie Langue Celtique et Le Cromleck de Rennes-les-Bains, Edition Belisane, 1886 (Nachdruck 1984)


Text des Buches (natürlich in französisch)

Henri Boudet war Pfarrer in Rennes les Bains (les anciens Bains de Rennes). Man hat viel über die Verbindung zwischen ihm und Saunière, Bérenger gemutmaßt.

Nach dem großen Seminar in Carcassonne wurde er am 25. Dezembre 1861 zum Priester geweiht. Er war nacheinander Vikar in Durban, Corbières (1862), Caunes (1862 - 1866), dann Pfarrer in Festes (1866 - 1872), und schließlich Pfarrer in Rennes-les-Bains (1872 - 1915) wo er 42 Jahre im Amt war.


Werke

  • La vrai langue celtique et le Cromleck de Rennes-les-Bains. introduction de Jean-Pierre Deloux. Préface de Pierre Plantard de Saint-Clair. Éditions Pierre Belfond, collection "Les Classiques de l'Occultisme". 310 pages. 1978. Idem : Edtions Schrauben, 1976 - Editions Demeure Philosophale, 1978 - Editions G. Wendelholm, 1979 - Editions Bélisane, 1984.
  • Du nom de Narbonne. Manuscrit. Remarques sur la phonétique du dialecte Languedocien. Dans les Mémoires de la Société des Arts et Sciences de Carcassonne. Tome VII, 1ère série, page 58. 1894-1895.
  • Du nom de Narbonne, et exemples d'interprétation de mots gaulois par les racines saxonnes de l'anglais.

Gérard de Sède schrieb über La Vraie Langue Celtique et Le Cromleck de Rennes-les-Bains:

On rêve, en présence de certaines oeuvres délibérément voilées, d'entrer, au terme de leur analyse, en possession d'un secret qui ne doive rien à des connaissances antérieures, largement divulguées ou non ”
Ce rêve d'André Breton, le livre introuvable, n'est pas seulement en bonne place parmi ceux qui le font naître : il est l'un des très rares qui permettent de lui donner corps.
C'est pourquoi j'aime à imaginer quels reflets eût arraché à cette oeuvre opaque le fondateur du mouvement surréaliste s'il l'avait connue et en avait approché son flambeau, lui qui tira de l'ombre ceux qu'il appela un jour les “ têtes d'orage ” : Alphonse Rabbe, Xavier Forneret, Raymond Roussel, Jean-Pierre Brisset enfin, inventeur de cette Grammaire logique qui n'est pas sans ressembler, à quelques égards, au inaître-livre d'Henri Boudet.
Comme eux, l'auteur de La vraie langue celtique et le cromleck de Rennes-les-Bains mérite le titre, bien plus enviable qu'on rie croit, d'illustre inconnu : je dis qu'il est digne de prendre place parmi les Silencieux fulgurants, habitants de cette Cité Interdite de la psyché où lève, aussi mystérieusement que celle du blé, la semence du langage.
Meine Werkzeuge